1800 €
éd. 1671

CATHERINOT (Nicolas)

Recueil de 90 opuscules parus à Bourges de 1671 à 1688.

Bourges, Jean Christo ; Jean Toubeau ; François Toubeau, 1671-1688; fort volume in-4, demi-maroquin rouge à coins du XIXe siècle, dos orné à nerfs (coins émoussés, petits frottements).

Jacques Flach, Bibliographie raisonnée des écrits de Nicolas Catherinot, Sirey, 1883. Nicolas Catherinot, un berrichon polygraphe convoité des bibliophiles, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry. Brunet I, 1664 (un exemplaire approchant mais pas similaire). Important recueil factice de 90 opuscules et écrits de Nicolas Catherinot, la plupart au format in-4, certains au format in-12 ou au format in-8 (parfois réenmargés). Les différentes pièces sont précédées d'une page de titre générale et de notices biographiques et généalogiques manuscrites, ainsi que du portrait de l'auteur gravé par Gantrel en 1680. Il serait trop fastidieux de cataloguer ici chaque opuscule, mais citons par exemple : L'abonnement de Poincy. - Alliances de Berry. - Annales académiques, ecclésiastiques, typographiques. - Les axiomes du Droit françois. - Le Droit de Berry. - Parallèles de la noblesse. - L'art d'imprimer. - Bourges souterrain. - Chronographie de Berry. - L'Escu d'Alliance (pourvu d’une planche héraldique, seule illustration de toute la production de Catherinot), etc, etc. Certains feuillets sont parfois agrémentés d'annotations anciennes. L’avocat berrichon Nicolas Catherinot est né en 1628, aux Aix d’Angillon. Il est connu des bibliophiles pour ses nombreuses publications pittoresques. Chercheur par délassement, esprit curieux, antiquaire au sens ancien, collectionneur, fier de ses origines, il s’intéresse au droit et à son histoire mais aussi à sa province, et à presque tout : l’artillerie, la peinture, l’architecture, l’imprimerie, la marine, l’antiquité, la religion, etc. Il est l’ami intime des érudits de sa province, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Jean de La Chapelle, Jacques Gougnon et François Pinsson des Riolles qui fera son épitaphe dans le journal des Savants. Catherinot fait imprimer 139 pièces de 1660 à sa mort en 1688. De son propre aveu, il a “la marotte de l’imprimerie”, mais regrette “les pièces (qu’il) a été contraint d’estropier pour épargner (sa) bourse”. Il fait imprimer (sur un mauvais papier) tous ses opuscules à Bourges, soit chez Jean Cristo, soit chez Jean (puis François) Toubeau. Il n’en imprime aucun lui-même, contrairement à ce qui a été dit ici ou là. Il corrige de sa main puis distribue ses imprimés à ses amis, mais Ménage dit qu’il les glisse dans les boîtes des quais pour leur donner plus de publicité. Cette perfidie sera largement reprise. Pourtant Catherinot se défend : “mes écrits ne sont point si fort inutiles puisque les apothicaires en font des emplâtres, les libraires des cartons… je n’ay aussi jamais prétendu à la qualité d’auteur pour laquelle obtenir selon aucuns, il faut être imprimé avec Privilège, relié veau…”. Notre recueil a manifestement été établi par plusieurs générations de bibliophiles : de la fin du XVIIe siècle - date à laquelle les pièces ont été imprimées -, en passant par 1713 - date de la page de titre manuscrite -, au milieu du XIXe siècle - date de la reliure et de certaines notes manuscrites liminaires -. Le relieur a laissé certains feuillets vierges, permettant la prise de notes forcément savantes. Quelques feuillets restaurés ou un peu brunis, bon exemplaire dans l'ensemble.

1800 €

Inscrivez-vous pour recevoir des lettres d’information concernant notre librairie.