350 €
éd. 1882

GONCOURT (Edmond de)

La Faustin.

Paris, G. Charpentier, 1882; in-12, IV + 343 pp., demi-maroquin rouge à coins à la Bradel, dos lisse, date en pied, couvertures conservées (reliure de l'époque) ; étui moderne.

Talvart & Place VII, 49A. Édition originale, un des 175 exemplaires numérotés sur Hollande, seul grand papier avec 2 Japon et 10 Chine. "La Faustin, troisième roman d'Edmond de Goncourt seul, paraît en feuilleton dans Le Voltaire à partir de novembre 1881, précédé d'une forte « réclame », puis en volume en janvier 1882. Dans le Journal, l'auteur se plaint de la réception critique, et constate une fois de plus que le succès escompté n'est pas au rendez-vous. Cependant, ce roman nous paraît, avec le recul du temps, avoir trouvé de nombreux admirateurs de renom ; pour Jules Laforgue ou Oscar Wilde, par exemple, Edmond est d'abord « l'auteur de La Faustin ». Ce succès, qui reste celui d'un public restreint mais valorisant, ne s'est précisé que plusieurs années après la parution, souvent chez de jeunes auteurs. En 1890, Paul Valéry, qui à cette date (il a dix-neuf ans) s'enflamme pour les « décadents », place le roman parmi les « livres admirables » qu'il relit, et défend Edmond contre les sarcasmes de Pierre Louÿs en ces termes : « Songez qu'il a écrit La Faustin, je n'en dirai pas plus ». Dans l'Enquête de Jules Huret, l'année suivante, Huysmans réitère l'admiration qu'il avait prêtée à des Esseintes : « Quand on a fait La Faustin, on peut dormir tranquille ». Ces deux formules confèrent au roman le statut définitif et indiscutable d'un livre de référence" (Mireille Dottin-Orsini, Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, 2006, p. 131). Bel exemplaire, simplement mais bien relié.

350 €

Inscrivez-vous pour recevoir des lettres d’information concernant notre librairie.